On parle de nous !

Le Mercato de l'Emploi et son réseau national de consultants en recrutement transforment de manière significative l'approche du recrutement en France et les médias en parle !
Publiée le 9 février 2021

Elle recrute pour le monde viticole et agricole

Anne-Claire Reynaud connaît bien le milieu viticole, étant elle-même fille de viticulteur. Elle s’est lancée depuis deux mois comme consultante en recrutement pour le secteur de l’agri-culture et de la viticulture.

Depuis décembre, Anne-Claire travaille en collaboration avec le réseau Mercato de l’emploi en tant que consultante en recrutement dans le secteur de l’agriculture et la viticulture du département. Une nouvelle aventure pour l’ancienne conseillère à la chambre d’agriculture de Côte-d’Or. « Mon travail consiste à faire le lien entre les entreprises et les candidats. Je peux intervenir si un viticulteur a envie de me con-fier son recrutement parce qu’il n’a pas de temps de s’y consacrer ou les compétences nécessaires pour s’en charger. Je prends le relais et lui propose des candidats ; ensuite, il choisit », explique Anne-Claire Reynaud.
Pour proposer des candidats aux viticulteurs, elle s’appuie sur le réseau Mercato de l’emploi, mis en place en 2016. « Un an après son lancement, ce réseau indépendant en recrutement a commencé à déployer des agents. il est présent dans 44 départements français. Au dé-part, seul le site Internet existait ; le réseau s’est rendu compte qu’il manquait un maillon humain pour faire le lien entre les entreprises et les candidats. J’ai un contrat d’agent commercial avec ce réseau qui facture mes prestations aux entreprises. »


Un service méconnu
La jeune trentenaire a quitté la chambre d’agriculture avec l’objectif de se recentrer sur les relations humaines : « J’ai suivi une formation sur 10 jours en novembre avec le réseau. J’aime faire du lien, m’intéresser aux personnes. Je suis tombée sur une offre du Mercato de l’emploi et cela à toute de suite fait écho en moi. J’ai tout de suite senti que c’est ce que je voulais faire. C’est un service novateur, beau-coup ne le connaissent pas. C’est à moi de montrer ma plus-va-lue ». Depuis son lancement, elle a déjà travaillé avec quelques viticulteurs.
Une fois qu’elle aura son statut d’auto-entrepreneur, Anne-Claire envisage d’ajouter un cycle de formation et d’accompagne-ment en plus de son activité de recrutement. Maud MIGNOTTE

Revenir aux articles